Le Loir-et-Cher au-delà des clichés

21 Sep 2012 1 commentaire par

Le Loir-et-Cher, un département avant tout agricole ?

  FAUX   Le poids élevé de l’industrie dans l’emploi total caractérise le Loir-et-Cher comme un département industriel. Avec un poids de l’industrie de 19,2 % (5,1 % pour l’agriculture), le Loir-et-Cher est le 2e département industriel de la région Centre et occupe le 22e rang national sur les 98 départements de l’hexagone. Ses principales filières industrielles : agroalimentaire, automobile, mécanique de précision, aéronautique, cosmétique/pharmacie, logistique…


Le Loir-et-Cher, un département vieillissant ?

  VRAI   mais avec une natalité affirmée – En deux décennies, le département a perdu plus de 4 500 jeunes de moins de 20 ans. Parallèlement, la population des plus de 75 ans a vu grossir ses rangs pour représenter désormais 11,5 % de la population totale, contre 9,3 % en 1990. Toutefois, la fécondité du Loir-et-Cher figure parmi les plus importantes de France (4e rang national) avec en moyenne 222 enfants pour 100 femmes. Cet indice de fécondité tend de surcroît à se renforcer, notamment sur la dernière décennie (+ 0,42 contre + 0,2 en moyenne nationale).


Le Loir-et-Cher n’est pas un département attractif ?

  FAUX    Avec un solde migratoire largement positif (+ 11 000 habitants en 10 ans), le renouvellement de la population est principalement lié à l’arrivée de nouveaux ménages sur le territoire départemental. Depuis 1990, ce solde représente 85 % de la croissance démographique, contre un peu plus de 50 % au début des années 70. Ce sont pour l’essentiel des Franciliens et des habitants de l’aire urbaine orléanaise qui viennent, nombreux, s’installer dans le département. L’attractivité du Loir-et-Cher s’exerce plus particulièrement sur les actifs notamment ceux étant plutôt diplômés et les ménages avec enfants.


Le Loir-et-Cher n’est pas un département innovant ?

  FAUX   Si le département du Loir-et-Cher se situe au 21e rang national pour les fonctions traditionnelles de fabrication et au 37e rang pour le bâtiment et les travaux publics (BTP), les fonctions de la recherche, de la conception et de l’innovation ne sont pas pour autant délaissées. L’Insee classe le Loir-et-Cher au 35e rang national, en 2008, pour la fonction conception-recherche dans le total des emplois. Il est en tête de l’échantillon des départements comparables en taille et en structure économique

A propos de l'auteur

Conseil Départemental du Loir-et-Cher

1 réponse à “Le Loir-et-Cher au-delà des clichés”

Laisser une réponse à E_1589

Annuler la réponse